Border Cross des Roches du Diable

Ils en avaient eu l’idée entre deux bières ou entre deux tisanes à la camomille quelques part dans les Pyrénnées, et ils l’ont fait : notre Jef Saliou et son compère quimperlois Vincent Salmon ont organisé dans le cadre du CDCK29 le premier border cross des Roches du Diable !

Border cross, quesaco ? La règle est simple : des kayakistes partent par poules de 4 du haut du bassin et le premier en bas a gagné. Dans la version concoctée par nos gentils organisateurs, le premier de chaque poule se voyait attribuer 8 points, le second 6, le 3ème 4 et le dernier 2 points. Chaque compétiteur courait 3 fois dans des poules différentes et l’accès à la finale était déterminé par le cumul des points de chacun.

La cible étant avant tout les sections loisir adultes des clubs, une belle brochette d’Alligators de 20 à 50 piges avait fait le déplacement : les inévitables Denise et Maëlla (dont on se demande encore pourquoi elles ne se sont pas fait greffer un kayak à la place des pieds), notre vénéré Président Laurent, Fanch Rault, Vincent Mével et Jf Oulhen. Sébastien Petibon prévu sur la feuile de match a finalement préféré accompagner sa femme à la maternité…

Finalement en face des Alligators il y avait pas mal de furieux, ex-compétiteurs reconvertis ou descendeurs encore actifs… Malgré cela, nous nous en sommes pas trop mal tirés, malgré nos (petits) moyens de kayakistes qui ont commencé à pagayer à l’âge où certains songent plutôt à investir dans une bonne paire ce charentaises d’origine contrôlée. Nous ne parlons pas bien sûr de Vincent sur qui reposaient nos espoirs de médailles…


border-cross-copie-1

f1-20

En résumé, Maëlla nous a offert un beau spectacle sur 2 de ses manches (cf. vidéo 1 et 2), Laurent a brillamment gagné une de ses séries, Vincent a terminé sa première poule dans les bras d’une jolie pour éviter qu’elle ne le dépasse. Au décompte des points, Vincent, 7ème des séries, accède à la finale. Jf y est également propulsé en profitant dans sa dernière série de la rétrogradation d’un descendeur sourd aux consignes concernant des passes interdites.

2 landernéens pour une finale épique : départ en ligne des 12 finalistes et passage obligé par la passe à Rouquin (70 cms de large…), puis les moutons (pas plus large). A ce petit jeu, Jf ayant déjà son bâton de maréchal et les furieux étant bien énervés, il s’est contenté d’arriver en bas… en évitant de prendre des coups. Vincent, plus à son aise dans ce bordel aquatique, est arrivé un peu tard dans la passe à Rouquin mais en forçant un peu le passage il a dû finir dans le top 8.

Merci à Jef et Vincent pour l’organisation et rendez-vous l’année prochaine avec encore plus d’alligators ! Et merci aux quimperois pour les vidéo et les photos.